Goto main content
3

Varda par Agnès

Fr. 2019. Documentaire de Agnès Varda . À l'occasion d'une causerie, Agnès Varda, 90 ans, passe en revue sa filmographie, ses expériences de photographe ainsi que ses récentes incursions en arts visuels. Autoportrait ludique, lucide et libre. Fascinante et accessible leçon de cinéma. Ton crépusculaire serein et prenant. Agencement fluide de souvenirs et d'extraits d'archives. (sortie en salle: 6 décembre 2019)

Général
3

Varda par Agnès (Varda par Agnès)

Général Général

Fr. 2019. Documentaire de Agnès Varda .

À l'occasion d'une causerie, Agnès Varda, 90 ans, passe en revue sa filmographie, ses expériences de photographe ainsi que ses récentes incursions en arts visuels. Autoportrait ludique, lucide et libre. Fascinante et accessible leçon de cinéma. Ton crépusculaire serein et prenant. Agencement fluide de souvenirs et d'extraits d'archives. (sortie en salle: 6 décembre 2019)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Pays :
Distributeur :
Dans le cadre d'une causerie, Agnès Varda, 90 ans, passe en revue sa filmographie, ses expériences de photographe ainsi que ses récentes incursions en arts visuels. C'est également pour elle l'occasion d'évoquer son passé féministe et sa relation complice avec son défunt époux, le cinéaste Jacques Demy.

L’AVIS DE MEDIAFILM

L'attachante réalisatrice bruxelloise, disparue en mars 2019, dresse ici une sorte d'inventaire artistique, complémentaire à son opus plus explicitement biographique (LES PLAGES D'AGNÈS), paru dix ans plus tôt. Placé sous le signe des trois principes qui ont guidé sa carrière et son oeuvre (inspiration, création, partage), son dernier film est inventif, généreux, humaniste. Outre une fascinante et accessible leçon de cinéma, l'exercice témoigne d'une époque à la fois exaltante et troublée, ainsi que d'un amour incommensurable pour le quotidien tranquille ou difficile des petites gens. Formellement sobre au premier coup d'oeil, VARDA PAR AGNÈS emprunte graduellement de jolis chemins de traverse, au gré des associations d'idées de la capricieuse et spirituelle auteure. C'est ainsi qu'apparaît, au détour d'une digression, la comédienne Sandrine Bonnaire, venue évoquer son expérience de tournage plutôt particulière sur SANS TOIT NI LOI. De ce film-somme, où souvenirs et extraits d'archives sont agencés avec fluidité, se dégage une émotion crépusculaire sereine et prenante. (Texte rédigé en octobre 2019, dans le cadre du Festival du nouveau cinéma de Montréal)

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Can. 2020. Drame sportif de Pascal Plante avec Katerine Savard, Pierre-Yves Cardinal, Ariane Mainville. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

Une nageuse québécoise de 23 ans décide d'arrêter la compétition après les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo. La médaille de bronze qu'elle remporte au relais par équipe accentue le malaise qui s'est installé depuis l'annonce de sa décision, jugée irréfléchie par son entourage.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3