Goto main content
4

Jeune Juliette

Can. 2019. Comédie dramatique de Anne Émond avec Alexane Jamieson, Léanne Désilets, Antoine Desrochers. Inconsciente d'avoir engraissé depuis le départ de sa mère, une adolescente frondeuse et érudite est convaincue de vivre une idylle avec un copain de son grand frère. Récit d'apprentissage drôle et touchant, aux données partiellement autobiographiques. Réalisation vivante, sans effort de recherche de style. A. Jamieson excellente dans le rôle-titre. (sortie en salle: 9 août 2019)

Général
4

Jeune Juliette (Jeune Juliette)

Général Général

Can. 2019. Comédie dramatique de Anne Émond avec Alexane Jamieson, Léanne Désilets, Antoine Desrochers.

Inconsciente d'avoir engraissé depuis le départ de sa mère, une adolescente frondeuse et érudite est convaincue de vivre une idylle avec un copain de son grand frère. Récit d'apprentissage drôle et touchant, aux données partiellement autobiographiques. Réalisation vivante, sans effort de recherche de style. A. Jamieson excellente dans le rôle-titre. (sortie en salle: 9 août 2019)

Aussi frondeuse qu'érudite, Juliette en fait voir de toutes les couleurs à son père célibataire, lui reprochant son manque d'ambition et ses goûts médiocres. Triste à l'idée de voir son grand frère Pierre-Luc partir en appartement, l'adolescente rêve pour sa part d'aller habiter à New York avec leur mère avocate. Pour l'heure, sur le point de terminer son secondaire II, Juliette se convainc qu'elle vit une idylle avec Liam, le meilleur copain de Pierre-Luc; sans réaliser que sa seule amie, la patiente et douce Léane, en pince pour elle. Inconsciente d'avoir engraissé depuis le départ de sa mère, Juliette est déstabilisée par des insultes sur son poids, lancées par un élève malveillant de son école. La jeune fille détourne alors sa colère et sa frustration sur Arnaud, un gamin autiste de son quartier qu'elle garde à l'occasion.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Connue pour sa démarche stylistique exigeante, voire parfois abstraite (NUIT # 1, LES ÊTRES CHERS, NELLY), Anne Émond se fait ici plus accessible dans sa mise en scène toute simple - à une ou deux coquetteries près - d'un récit d'apprentissage éminemment classique. Vrai que les chroniques adolescentes au féminin pullulent dans le cinéma québécois récent (TADOUSSAC, CHARLOTTE A DU FUN, LA DISPARITION DES LUCIOLES, UNE COLONIE, DÉRIVE, etc.). Heureusement, Émond parvient à renouveler la formule en puisant dans ses propres émotions vécues à l'âge ingrat, et en faisant de sa protagoniste une victime qui s'ignore, une égocentrique bourrue, un brin mythomane, qui apprend à la dure à vivre dans le regard des autres. Hormis quelques ficelles dépassant en bout de course, le scénario est bien écrit, réservant des répliques pleines de sagesse à des personnages secondaires bien croqués, tels le père aimant défendu avec bonhomie par Robin Aubert et le professeur inspirant campé avec une égale sobriété par Stéphane Crête. Mais le principal atout de la réalisatrice est la nouvelle venue Alexane Jamieson, impressionnante de charisme et d'intensité dans le rôle-titre.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2018. Drame de Sébastien Marnier avec Laurent Lafitte, Luana Bajrami, Victor Bonnel. Classement: 13 ans +.

Un professeur de français obtient un poste de remplaçant dans un lycée huppé, à la suite du suicide de son prédécesseur. Ses élèves, surdoués et méprisants, deviennent pour lui une source d'angoisse, au point de sentir le besoin de les espionner.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3